Marseille Cassis - 29 octobre 2017



Récit de Régis et photos des coureurs :

C’est par un beau soleil d’octobre qu’une fine équipe de joyeux lurons s’en est allée taquiner les Calanques et le Mistral de la Méditerranée pour la mythique course de Marseille-Cassis.

Une fois le départ donné, Philippe et Hassan partent vers leur propre record… nous n’avons pu qu’admirer leur silhouette se rétrécir pour disparaître dès le 2ème kilomètre… La vraie bataille, les vrais enjeux se sont concentrés sur l’arrière de la course. Effectivement Guy avec Patrick et Mériam avec moi n’étions pas décidés à laisser s’échapper l’autre pour avoir la primeur du merveilleux paysage qu’offre la course.

Jusqu’au pied du col de la Gineste, au 6ème kilomètre, chacun jugeait l’autre par intimidation, regards en coin et pression psychologique. Au pied de la montagne, nous devons reconnaître à Guy et Patrick leur supériorité. Très rapidement, ils prennent de la hauteur. Avec Mériam, on peine à trouver l’énergie pour les talonner jusqu’à les perdre de vue entre deux lacets, engloutis par la foule… Avec Mériam, nous gardons notre moral de combattant se disant que la victoire ne se juge pas au sommet du col…

Au 10ème kilomètre, nous abordons la plaine, du haut des Calanques on surplombe la Méditerranée, le mistral souffle fort, je tiens Mériam en cerf-volant au bout de la cordelette… Et toujours pas de Guy et Patrick en vue, la tension monte.

Enfin la descente vers Cassis. Avec Mériam, notre stratégie de course pouvait enfin se mettre en place, rattraper les grimpeurs par notre vélocité, en espérant qu’il ne soit pas trop tard… C’est au 14ème kilomètre que nous retrouvons espoir. Nous nous rapprochons de Guy et Patrick pour les garder à distance raisonnable… tapis derrière eux sur un plat, nous attendons la deuxième partie de descente.

Au 15ème kilomètre, Mériam met le booste, on passe devant, notre seul objectif maintenant : grappiller des mètres, sachant que l’arrivée se joue sur une montée et donc pas trop à notre avantage….

Sur les 3 derniers kilomètres, la tension est palpable. Nous avons de l’avance mais peut-être pas assez.. Les derniers kilomètres se pilotent comme une course de formule 1, il faut choisir les bonnes trajectoires à chaque virage, anticiper chaque relief pour se les approprier, surtout ne pas perdre une seconde, ne pas leur redonner le moindre mètre gagné…

Mériam donne tout jusqu’au dernier mètre et franchit victorieusement la ligne d’arrivée avec l’écart de notre ombre sur Guy et Patrick.

Et la tradition veut que la course Marseille Cassis se termine sur la plage pour réconcilier tout le monde autour de quelques verres, et piquer une tête dans l’eau fraîche.

Régis


 

 

Cliquer sur les photos pour agrandir


Départ du Marseille Cassis.

Philippe et Hassan au départ à Marseille

Après l'arrivée à Cassis.
M
Mériam et Régis à Marseille.

Premiers km après  Marseille.

Passage au col de la Gineste.

Longue descente sur Cassis.

Au départ devant le Vélodrome de Marseille.

Sur la plage de Cassis après la course.

Dans le journal "LaProvence".


Dans le Journal "La Provence"