La Parisienne

 9 septembre 2018


    
Voilà, je vais tout vous dire, pardonnez nous, nous avons été emportés par l’élan, et nous avons triché en toute conscience. Bien sûr, l’éthique que nous partageons tous réprouve ce comportement déviant et c’est pourquoi nous venons humblement quêter votre indulgence.

Voici les faits :
La course "La Parisienne" est réservée depuis des années aux femmes et cette année deux hommes de Courir-en-Duo se sont glissés dimanche dernier dans leur rang. Par les temps qui courent, nous risquons gros !

Mais nous n’étions pas seuls : depuis de nombreux mois, nous avons de manière régulière couru avec Christine R. sur stade et dans les jardins publics de Paris pour préparer cette course qui était devenue notre objectif commun. Notre équipe a donc demandé dérogation aux organisateurs de La Parisienne pour nous noyer discrètement parmi les 25000 coureuses présentes au départ de la course.

Gérard et moi nous sommes relayés pour guider Christine le long du parcours, serrés au coude, Elodie et Soizic nous précédaient avec des maillots aménagés pour servir de repère à Christine et dégager le parcours. Il faut vous dire que Christine ne nous entend pas et voit très mal : la course à pied demande que nous courrions tous ensemble en harmonie dans la même bulle, en confiant au ressenti ce que les mots ne peuvent transmettre.

Christine n’a pas entendu les encouragements que le public lui a décernés mais nous avons tous éprouvé à l’arrivée une grande joie d’avoir pu ensemble réaliser un rêve : Christine avait atteint le but convoité depuis longtemps, Elodie et Soizic ont largement manifesté en langue des signes notre émotion commune, Gérard et moi avons aussi mesuré la valeur intime de cette victoire commune et silencieuse.

La vie nous offre souvent des événements qui nous structurent différemment, la course à pied nous donne ces rencontres et ces partages.

A utiliser sans modération.

Jean
 





Cliquer sur les photos pour agrandir


Notre équipe au départ au pied du Palais de Chaillot

Regroupés sur le pont Alexandre III

Gérard,Elodie, Christine, Soizic, Jean.

Gérard, Christine, Jean
Christine
On reste ensemble.


Merci